vendredi 15 avril 2016

Le scandale du "Panama Paperleakgate"

Les organes de presse de différents pays (dont la France, où Le Monde s’en charge) ont décidé de divulguer les noms de nombreux riches contribuables, de préférence célèbres, ayant jusqu’ici échappé aux rigueurs de leurs administrations fiscales respectives au moyen de sociétés écrans domiciliées à Panama. En France, parler à ce sujet des Panama Papers semble être l’usage établi.
Bien entendu, cette affaire a des aspects multiples, dont certains dépassent mon faible entendement et mes maigres connaissances. Du peu que j’ai compris, ces opérations ont toutes les apparences de la légalité. Reste donc un problème moral. Ou même deux.
Le premier est évident : soustraire ses richesses aux impôts, quand on a plus que largement de quoi payer ceux-ci, est un acte tout ce qu’il y a de plus égoïste. C’est refuser d’en faire profiter ses compatriotes – même si l’usage fait de l’argent public est certainement discutable. De plus, cela ressemble à un trait de folie, voire de possession : la recherche, quand on est pourvu au-delà du suffisant et même du superflu, d’encore plus de superflu. Ces riches se sont en somme faits les esclaves de leur argent.
Il faut ajouter à cela le caractère peu exemplaire de telles pratiques, lorsqu’elles sont le fait de politiciens. Mais peut-être se croient-ils au-delà de considérations aussi mesquines ? Rien de neuf là-dedans…
Ne négligeons pas cependant un autre problème moral qui, cette fois, devrait se poser aux journalistes. Si les comportements qu’ils entendent dénoncer sont illégaux, pourquoi, en effet, se gêner pour les dénoncer ? Mais s’ils sont légaux tout en étant moralement répréhensibles, c’est une autre affaire : qui sont ces journalistes pour jeter en pâture au public les noms de personnes se comportant mal, en risquant, de plus, d’être soupçonnés de choisir soigneusement leurs cibles et la manière de les présenter ? Il pourrait très bien, après tout, se trouver un petit malin pour, un jour ou l’autre, rappeler ses fautes à celui-ci ou à celui-là. Et il serait drôle de voir les réactions des intéressés.
En résumé, si ces journalistes sont indignés par ce qu’ils savent, qu’ils essaient plutôt d’user de leur possible influence pour inciter les responsables politiques à rendre illégales les pratiques qui les indignent. En somme, qu’ils avancent des opinions – s’appuyant sur des faits observés – plutôt que de pratiquer ce qui ressemble à du journalisme de chantage.
 
Mais intéressons-nous plutôt à un aspect, disons plus léger, de ces choses.
Panama Papers, pour commencer, est une expression qui présente deux avantages. Premièrement, ce « Panama », en France, rappellera à quelques lettrés le scandale du même nom, qui secoua quelque peu une troisième république encore bien jeune. Ce scandale brisa, anéantit ou, pour les plus habiles des éclaboussés (dont Georges Clemenceau), ralentit des carrières politiques. Brandir un « Panama », de la part des journalistes français, ne consiste donc pas à agiter un joli chapeau apprécié des élégants, mais à se donner l’aire d’un contre-pouvoir qui pourrait menacer bien des puissants. Secondement, Panama Papers, c’est en anglais dans le texte : chaque journaliste fouillant dans ces documents aura donc le sentiment gratifiant de faire partie d’une communauté internationale chargée d’importantes révélations ; et, en retenant ce nom anglais, il donnera à ses lecteurs l’impression – tout aussi gratifiante – d’être initiés à quelques mystères de cette confrérie.
En France, les titres en anglais pour ce genre d’affaires jouissent d’un prestige immense au moins depuis l’affaire du Watergate en 1974, lorsque deux journalistes du Washington Post firent « tomber » Richard Nixon. Que de gates, fermées ou ouvertes, enfoncées depuis ! Chaque affaire prenant une tournure menaçante pour un politicien, où quelque journaliste avait une chance d’abattre une proie, de faire le justicier, d’égaler ces deux mythiques, fut affublée de l’obligatoire suffixe gate : après l’Irangate aux Etats-Unis sous Ronald Reagan, nous eûmes en France notre Angolagate[i] !
Cette mode fut tenace, ce qui est un fait curieux : Watergate n’était-il pas un nom propre, celui d’un immeuble cambriolé par des espions envoyés par Richard Nixon ? En tout cas, elle dura jusqu’à l’apparition de nouveaux supports pour les fuites alimentant les journalistes d’investigation. Au XXIe siècle, place à l’électronique, aux nouvelles technologies, à l’immédiat ! Ce fut le temps des Wikileaks, tout devant être wiki, désormais, et des lanceurs d’alerte (parce que bon, pour une fois, l’anglicisme whistle-blower n’était pas terrible-terrible). Leak ne signifie jamais que fuite ; pour la petite histoire, il y eut en France dans les années 1950 une « affaire des fuites », où un certain François Mitterrand… Mais passons. Nous eûmes donc droit à quelques leaks ici où là, au nom plus ou moins euphonique : Vatileaks, Swissleaks ou, de loin le plus joli, Luxleaks. Et sur le site Internet du Monde, on trouve une rubrique Leaks : pas fuites, pas scandales, ni révélations, indiscrétions ou enquêtes. Non, le Monde vous livre des Leaks toutes fraîches.
Le XXIe siècle étant une sorte de XXe en plus fou (encore que) et en plus rapide, la mode semble passer en ce moment : désormais, c’est donc à des Papers que doit s’intéresser le journaliste qui veut du chaud. Cela durera ce que cela durera.
La question essentielle paraît donc être : quel sera le prochain vocable anglais pour désigner une réalité qui n’a somme toute pas grand-chose de neuf ? Les paris sont ouverts.




[i] Rien à voir avec tailgate, qui signifie hayon et qui désigne aussi un style de trombone pratiqué à la Nouvelle-Orléans, caractérisé par un usage assez musclé du glissando et illustré notamment par Edward « Kid » Ory (1886-1973) : écoutez donc ici ou  !

2 commentaires:

  1. Les "Panama fuites", ça aurait de la gueule, non ? Ce qui est intéressant, aussi, dans la communication desdites fuites, c'est l'usage du mot "scandale" (au fait, qui décrète le scandale ?). Remplaçons-le par exemple par "dossier" ou "affaire", ça devient plus respectable (l'affaire des Panama papers, le mystère fiscal s'éclaircit).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait aussi nommer "canal de Panama" le mystérieux trajet suivi par ces informations. La révélation de toute évasion fiscale pourrait être ensuite qualifiée d'authentique panama !
      Pour ce qui est du scandale, c'est à voir : si l'on s'en tient à la légalité, rien à redire, apparemment. Ceux qui décrèteront le scandale seront alors ceux qui auront donné la liste de noms qu'ils n'aiment pas parmi ceux des indélicats.
      Maintenant, il y a aussi le point de vue moral. Là, au lieu de se donner des airs de justiciers, nos amis les journalistes feraient mieux de nous donner une idée du coût de ce genre de pratiques légales pour la collectivité (donc pour nous)...
      S.L.

      Supprimer

Un commentaire ? Inscrivez-vous ! Si vous êtes timide, les pseudonymes sont admis.