jeudi 6 février 2014

Manif pour tous : ich war dabei !

Bon, évidemment, je n’étais pas le seul, ce 2 février. Encore une fois, nous étions huit cent cinquante-seize trilliards selon les organisateurs, et 0,47 (dont 8,12 extrémistes de droite parmi lesquels se cachaient 18,64 intégristes) selon la préfecture. Reconnaissons qu’il faisait si beau à Paris ce dimanche ! Mais n’en faisons pas trop dans le registre narcissique de l’album de famille, un des rares défauts (outre l’usage du bleu tendre et du rose bonbon) que je reproche à la Manif pour tous. Et nous n’avons pas fait tomber le mur de Berlin, quand même !
Quels défauts ?
Comme la foule était dense en arrivant place Denfert et comme les amis avec qui je m’étais rendu à la manifestation souhaitaient ramener au bercail leurs enfants[i], je n’ai guère eu le loisir d’écouter tous les discours qui furent prononcés à l’arrivée. Je n’ai pu entendre que celui d’un des porte-parole, un homosexuel qui, tout simplement, refuse d’être pris comme caution par quelques lobbies
Mais j’ai pu apprendre avec plaisir l’absence d’intervention des quelques élus UMP présents (à titre personnel, du reste) : les récupérations partisanes semblent donc un danger écarté pour ce mouvement. En revanche, j’ai aussi appris que ces discours tendent de plus en plus à une critique des tendances ultralibérales qui s’expriment en ce moment (ne serait-ce que l’intention de supprimer les « charges familiales » pour les entreprises : et qui viendra en aide aux familles, alors ?). Voilà qui est plutôt encourageant : un propos qui gagne en cohérence et en argumentation. Tout comme l’avait été, à mon avis, l’intervention, en mai, d’un syndicaliste de la CFTC : le mariage pour tous ? Mais le MEDEF n’est pas contre ! C’est peut-être bon pour le business, ça[ii] !
LMPT se dépouillerait-elle donc de supposées accointances avec certain parti politique ? Voilà en tout cas un défaut de moins ; on ne pourra pas la nommer UMPT. En attendant peut-être plus de qualités : comme l’amorce d’une réflexion sociale loin des partis ? En plantant là la gôche et la drouâte ?
Où est le camp de la haine ?
On vous l’aura assez répété : nous autres manifestants, nous sommes homophobes, extrémistes, haineux, rabougris. Nous serions paraît-il un Tea Party à la française[iii], lorsque nous ne rêvons pas d’un nouveau 6 février 34.
Bien sûr, bien sûr…
Nous sommes violents, aussi. Nous représentons une menace pour la Rrrrrrépublique. D’ailleurs, M. Valls avait prévenu les organisateurs : attention, pas de débordements ! Le pauvre, il a dû être bien déçu. On se demande ce qu’ont pu fabriquer les 29 agents provocateurs[iv] infiltrés parmi les intégristes et extrémistes susnommés. La police n’est plus ce qu’elle était, tout se perd, tout part à vau-l’eau, mes bons amis !
A propos de haine, je vous épargnerai tous les gazouillements d’amour émis par les amis du bien (les Bruno Julliard et autres…). Cette manie qu’ont les gens de twitter… C’est plus fort qu’eux… Ils sont encore pires que Mme Boutin !
Ce que je ne vous épargnerai pas, en revanche, c’est le spectacle – oh, bref – offert par un élégant quinquagénaire comme il faut, barbe grisonnante bien courte, tenue casual de rigueur, qui nous regardait passer, debout sur le trottoir du boulevard du Montparnasse. Alors que je passais à sa hauteur, il piqua sa crise d’héroïsme bourgeois à la page et lâcha un beau « Rentrez donc dans vos campagnes ! ». Un tel trait ne pouvait rester sans réponse. J’eus le temps de me tourner vers lui, tout sourire : « Désolé. Quatre générations de parisiens, depuis cent vingt ans, chez moi »[v]. Où, dans ces conditions, m’en retourner pour ne point offenser cet aimable monsieur ?
Mais quel bonheur sans mélange que de répondre à des insultes avec le sourire !
Encore une manif pour rien ?
Pas si sûr, puisque lundi 3, après le traditionnel cafouillage gouvernemental, le premier ministre annonçait que l’examen de la « loi famille » était reporté jusqu’à 2015. Et les amis de la PMA, de la GPA et d’autres joyeusetés de s’étrangler de rage[vi]. Mais il paraît que nous ne marchions que contre des fantasmes[vii]
Et si maintenant, pour me répéter, après toutes ces randonnées (j’avoue avoir un peu traîné les pieds pour la dernière en date) venait le temps des propositions[viii] ?
Cela pourrait être intéressant, ma foi.



[i] Dans des poussettes, bien entendu. Oh, les terroristes, les hooligans ! Cela dit, je les embrasse !
[ii] A propos de business : vu, à la porte de Versailles, en octobre, une grande affiche pour « Gay life, le 1er événement annuel HétéroGay-friendly », orné d’une photo caricaturale de folle contemporaine, franchement à la limite de l’homophobie !… A la vue d’un tel amphigouri, on ne peut que se dire que le commerce n’a pas horreur du vide ; il l’idolâtre.
[iii] ?????????!!!!!!!!!!
[iv] L’animation de l’absurde Jour de colère du 26 janvier – la manif contre tout ? – les avait probablement épuisés.
[v] J’exagère quand même un peu. Une partie de ma famille est installée à Stockholm depuis à peu près aussi longtemps… Mais assez parlé de moi.
[vi] Parmi lesquels les « écologistes » (EELV, dont l’électorat, au passage, représente environ l’effectif d’une de ces manifestations…). Drôles d’écologistes, dès qu’il s’agit de l’humain… Il fallait entendre aussi, mardi 4, Caroline Fourest, et mercredi 5, Edwy Plenel, dans leurs fenêtres de propagande sur France-Culture… Quant aux Femen, il se murmure qu’elles préparent des philtres et des incantations pour transformer M. Hollande en grenouille, à moins que ce soit en napperon brodé.
[vii] Bien sûr ! Et le rapport Lunacek, voté au parlement européen mercredi 5, c’est un fantasme, peut-être ? Ce fait, d’ailleurs, ainsi que les velléités de revirement exprimées par le premier ministre aujourd’hui, est un vaccin contre tout triomphalisme hâtif pour LMPT.
[viii] C’est d’ailleurs en cours. Nous verrons bien quels seront les résultats du « Grenelle de la famille ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un commentaire ? Inscrivez-vous ! Si vous êtes timide, les pseudonymes sont admis.